Bienvenue !

 


  [ vive la république des pistes inconnues,

incongrues, invisibles, éphèmères et toujours

 entrouvertes.


 écouter LE CHANT DES PISTES,

partager ce foyer vocale et langagière et,

des deux jambes, coup de coeur,

coup de tête ou coup de cul, partez sur les pistes.

 cigales et fourmis, chantez et dansez,

sans limitation de durée,

la sueur est offerte. ]

 

 

 

[ LA POETIQUE DES PISTES ]

 


Le chant des pistes. La songline. Aborigène et triangulaire. Indéfinie
et tourmentée comme l’ombre du cerf-volant sur la terre. Petite sorte
de traçabilité légère, entresort des esprits et des voix au comptoir
d’embarquement des doigts de pied. Afrique on line pour oiseaux et
pisé d’Europe. Magie muette de la mar

che. Hospitalité sonore comme
une claque ou un cri. I have no birth-certificate on me now. La
songline. Pourtant à tu et à toi. Elle est urbaine. Et cul-terreuse. Elle
joue stradivariée et, balafonisée, elle flâne. Elle tricote et détricote,
tricolore et tranquille. Elle écrit et désécrit. Elle poste et se poste. Elle
s’apostrophe. Tubercules électriques, néons potagers, lucioles et
autres farfadets d’outre-mer l’éclairent. Elle chante. Elle hante.
Outres-mondes. Jusqu’à plus soif. Le chant des pistes. Sous les
étoiles des clowns de partout et de nulle part. Douaniers sans
frontières révoqués dans le grand cirque étoilé. Pistes entremêlées,
insécables chemins. Le chant des pistes. On l’a sous le bras ou sous
ses pas. Il pousse à la langue. La langue des pistes. Elle est là. Dans
le chant. En plein dans le buffet.

If you listen carefully now, you will
hear.

 

 


bambin2.jpg

    
  
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :